CR du Granfondo Santini Mont Ventoux du 17 juin 2018

Aller en bas

CR du Granfondo Santini Mont Ventoux du 17 juin 2018

Message par Le Bulgare le Lun 18 Juin - 22:08

CR du GF Santini Mont Ventoux du dimanche 17 juin 2018

Samedi 19:00, sortie du boulot, je mets les voiles direction Vaison la Romaine, en compagnie de François, Probiker comme moi.
On arrive sur le lieu de notre « campement » à la sortie de Malaucène au pied du géant. Pierrick, autre Probiker,  nous attend. Il me file mon sac d’inscription.
Le temps de se régaler et de préparer le bike, il est l’heure de fermer les yeux.
Dimanche 5 :00, réveil, le jour pointe à peine.  Petit dèj, derniers préparatifs.
5H50 je saute sur le bike direction Vaison la Romaine distant d’une bonne dizaine de kilomètres.
Température douce, une bonne quinzaine de degrés.
Les sas ouvrent
à 6H15 et je tenais à être devant sur la ligne. Je serais aux premières loges derrière le sas des prioritaires. Départ  prévu à 7H30. Un laps de temps passé à échanger avec les autres participants qui arrivent en nombre au fil des minutes. La longue avenue du centre de Vaison se remplit. Vu de devant c’est impressionnant de voir tout cet immense peloton vêtu du même maillot vert, port obligatoire pour prendre le départ.


Mes compères Probiker ont choisi d’arriver plus tard sur la ligne, pour ne pas trop attendre.
Je voulais voir ce que je pouvais faire et ai décidé de mettre tous les atouts de mon côté pour ne pas avoir à laisser des cartouches pour remonter.
7H30, les fauves sont lâchés. Cà frotte d’entrée de jeu, même sur le secteur fictif de 2km pour sortir de Vaison. De plus avec les ronds points, les haricots directionnels,… çà te fait perdre des paces par dizaines et c’est la guerre pour remonter à chaque fois. J’essaie de garder ma position entre la 50è et 150è place, mais c’est dur. Cà roule fort jusqu’à Mollans sur Ouvèze. Dans le peloton, je me retrouve aux côté de Cédric S. et Cédric  R., 2 cadors ligériens bien connus qui finiront tout en haut du classement avec les 8è et 11è place au scratch ! Respect.
A la sortie de Mollans, c’est le début de la 1ère bosse le Col de Vaux enchainé avec le Col de la Péronière. Cà part fort, je suis rapidement dans le rouge, je dois laisser filer le groupe des costauds. J’arrive à accrocher ce second paquet assez effiloché et qui grossira un peu au gré de la descente pour rejoindre la Vallée du Toulourenc, toujours aussi belle. Peu de temps pour le tourisme, tellement ça roule. Le gps ne descend pas très souvent sous les 40km/h. Je me cale dans les roues et ne sors pas une oreille. On arrive assez rapidement au pied de ce superbe village que certains d’entre vous on découvert lors de noter stage à Buis les Baronnies, Brantes.
Nous laissons momentanément cette belle Vallée du Toulourenc, pour attaquer cette bosse qu’est le Col des Aires long de 3 km mais monté fort ! Je dois gérer l’effort et passe au sommet avec 100/200m de retard et me fait la peau sur le replat et la descente pour reprendre les roues. Nous plongeons sur Savoillans pour reprendre le final de cette belle Vallée du Toulourenc (vous avez bien compris : Belle !) Au ravito de Montbrun, les organisateurs ont bien géré, ils nous font passer des bidons à la volée, luxe que recevront les 100 premiers, dixit les organisateurs.
Traversée de Montbrun les Bains, bref est-ce encore utile de vous dire qu’il s’agit là du berceau de mon enfance…, pour attaquer la longue montée de l’enchainement  Col de Macuègne/ Col de l’Homme Mort. Je sens que je ne peux tenir à ce rythme pendant les 15 bornes de montée. Je dois lever le pied sous peine de payer cher par la suite. La chaleur est présente mais pas caniculaire non plus, suffisamment pour être trempé de sueur. Au fil de la montée un nouveau groupe se constitue et j’arrive au sommet à 200m derrière, n’ayant pu accrocher les roues jusqu’en haut.
Connaissant parfaitement les routes, je sais qu’après le sommet il y a une longue partie de manivelles jusqu’à la prochaine difficulté. Ce serait la galère de se retrouver seul à ce moment.  Je me saigne pour raccrocher la dernière roue du paquet, l’effort est violent, les jambes me piquent, mais j’y arrive.
Cette descente, j’en profite pour récupérer dans les roues, m’alimenter, boire, ce qui me fait le plus grand bien. Chose que je n’ai pu faire depuis le départ, trop occupé à me maintenir dans les différents paquets.
Depuis le départ je suis en surrégime, mais c’est le jeu que j’ai choisi, aujourd’hui, en ne voulant pas calculer et voir jusqu’où je peux aller. Les douleurs musculaires sont bien présentes et il faut absolument que j’arrive à les faire passer où du moins les atténuer.
Une traversée du plateau d’Albion par Saint Trinit avant de descendre sur Sault me fera souffler un peu. Si bien que lors du passage de la plaine de Monieux, je fis ma part de boulot en emmenant le groupe sans rien demandé à personne. Les cannes ont l’air de mieux aller. J’en profite pour continuer le tempo sur toute la montée des Gorges de la Nesque, toujours aussi belles. Après une moement de descente des Gorges, je laisse ma place pour me recaler dans les roues et récupérer de nouveau, m’alimenter et boire à nouveau.
Arrive Villes sur Auzon et le dernier ravito avant le pied du Ventoux. Les bidons sont vides, je dois impérativement m’arrêter pour faire le plein. 2 gels, 1 barre quelques gobelets ingurgités et une gentille fille de l’organisation qui me prend mes bidons pour les remplir, sacrée organisation,  des bénévoles super sympa, bref, rien à redire…
Le groupe, lui à filer, peut être une bonne chose pour moi… je vais vite savoir. Je reprends la route mais les cannes sont de nouveau douloureuses sur ces 10 bornes de faux plat montant. Je décide de prendre mon rythme, de ne pas chercher à suivre qui que ce soit. Puis Flassan passé, je me retrouve au pied du Géant.
Le soleil tape bien, la fatigue est là, mais je m’y attendais vu le choix que j’avais fait. La galère arrive vite. Jusqu’à Saint Estève, je gère mes cannes. Mais dès le virage relevé sur la gauche à l’entrée du village, qui marque le long, long, très long passage difficile, mythique du Géant de Provence.
Ce n’est rien de le dire. Et ce que je pressentais n’a pas mis longtemps à arriver : l’explosion du Bulgare ! Vu la pente, vu mes cannes, vu la mauvaise gestion de mes apports énergétiques et le peu de réserves que j’ai actuellement ? je subissais la pente.
Les petits hommes verts me passèrent sans cesse. La perdition n’était pas loin. Les kilomètres, plutôt les hectomètres me paraissaient très très longs. 4km pour rejoindre le prochain ravito d’eau situé à 5km du Chalet Reynard. 5 premiers km où je sifflerais mes 2 bidons tellement ma perte hydrique est importante. Arrivé à ce ravito salvateur, j’en profite pour avaler 2 gels et m’hydrater un max, me verser un bidon sur la tête pour rafraichir le moteur et me voilà reparti pour rejoindre le Chalet Reynard. 5 km où je descendrais à nouveau 2 bidons, moi  le chameau, je sirotte sans cesse.
Chalet Reynard, re-plein des 2 bidons, 1 gel, et c’est reparti à ciel ouvert, au milieu de la caillasse, pour les 6 derniers kms. La pente est un peu moins raide et çà me convient mieux. Je retrouve un peu mes cannes et le plaisir revient un peu. Pas d’affolement non plus, les cannes sont lourdes, mais je monte mieux et je me fais plaisir jusqu’au sommet en subissant beaucoup moins.
Pas mal de publics sur la fin de l’ascension et que dire du sommet ou la ligne franchie, tu ne peux te frayer un passage, tellement il y a du monde au sommet. Je ne m’y attarderais pas, le temps de récupérer la médaille, rendre la puce électronique  et me voilà plongé dans la descente sur Malaucène, tranquille, sans même de gilet, la température n’est pas mauvaise malgré un maillot complètement trempé. J’arrive au bas de la descente er rejoins mon campement pour le repos du guerrier.



Après un brin de toilette, je range tout mon bazar, et file avec mon Trafic sur Vaison pour rejoindre le village du Gran Fondo. Le temps de faire un petit tour du village exposant, d’un petit repas, et prendre connaissance du classement.
Je constate ma 190è place au scratch et 17è en catégorie. Mon explosion dans la 1ère moitié du Ventoux me coûte un top 100. Mais je n’ai pas de regrets, je suis venu pour me tester à nouveau après un Lyon Mont Blanc Lyon très positif pour moi. J’ai joué, j’ai vu et même si j’ai perdu en ayant beaucoup subi, mais c’était le jeu que je m’étais imposé.
Pas déçu car j’ai donné tout ce que je pouvais.
Samedi prochain lors la prochaine étape de mon été, à la Super Granfondo Galiber/Izoard, il n’en sera pas de même vu le profil et la distance, 197km et 4600m D+ avec les cols du Galiber, de l’Ange Gardien, de l’Izoard, du Lautaret et  de nouveau du Galibier. La gestion sera de mise, les ascensions seront à ma main, sans suivre qui que ce soit, ce sera seul face à la pente… en espérant le beau temps.
Rdv semaine prochaine pour une nouvelle page…
avatar
Le Bulgare

Messages : 1129
Points : 2147
Date d'inscription : 16/10/2011
Age : 53
Localisation : guidé par le plaisir, quelque part sur les routes...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: CR du Granfondo Santini Mont Ventoux du 17 juin 2018

Message par Le Monstre le Mar 19 Juin - 4:28

Pour les vieux le negativ split, c'est ce qu'il y a de mieux......surtout sur du long
Ce sera plus facile à  appliquer en montagne
Pense à  récupérer, si tu y arrives
avatar
Le Monstre
Admin

Messages : 1027
Points : 1445
Date d'inscription : 04/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://lfcyclosport.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: CR du Granfondo Santini Mont Ventoux du 17 juin 2018

Message par Le Bouledogue le Mar 19 Juin - 8:23

Bravo Bulgare pour ta performance. Et quel récit comme d'hab, on se voit sur le vélo
avatar
Le Bouledogue

Messages : 369
Points : 421
Date d'inscription : 04/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: CR du Granfondo Santini Mont Ventoux du 17 juin 2018

Message par Il Ciuffo le Mer 20 Juin - 17:01

Très beau récits... l'essentiel étant de te faire plaisir toujours et encore !!!
avatar
Il Ciuffo

Messages : 751
Points : 917
Date d'inscription : 16/10/2011
Localisation : Dans les limbes du temps !!!

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: CR du Granfondo Santini Mont Ventoux du 17 juin 2018

Message par La Pothicaire le Mer 20 Juin - 20:58

Pas de regrets à avoir ! On a tous besoin à un moment de savoir ce que l'on a comme ressource même si ça finit en panne sèche !! Je pense que tu as bien profité de cette région que tu affectionne tant et que tu nous as fait découvrir !!! Recupere bien surtout avant la prochaine étape !!
avatar
La Pothicaire

Messages : 534
Points : 658
Date d'inscription : 17/10/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: CR du Granfondo Santini Mont Ventoux du 17 juin 2018

Message par Le Marchand le Jeu 21 Juin - 14:16

Tant que tu gardes le sourire sur les selfies tout va bien
Forza Sergio !!!

Envoyé depuis l'appli Topic'it
avatar
Le Marchand

Messages : 218
Points : 258
Date d'inscription : 12/06/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: CR du Granfondo Santini Mont Ventoux du 17 juin 2018

Message par Le Bavard le Jeu 21 Juin - 19:42

Bravo Bulgare...Le tout est de prendre du plaisir même dans la douleur

_________________
Qu'il est beau de rêver mais encore plus de réaliser ses rêves
avatar
Le Bavard

Messages : 935
Points : 1413
Date d'inscription : 16/10/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: CR du Granfondo Santini Mont Ventoux du 17 juin 2018

Message par Le Playmobil le Ven 22 Juin - 19:18

Bravo pour ta performance ...et surtout un calendrier de cyclosportives Top niveau ....
avatar
Le Playmobil

Messages : 476
Points : 558
Date d'inscription : 16/10/2011
Age : 64

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: CR du Granfondo Santini Mont Ventoux du 17 juin 2018

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum